Imbolc

 

Le ou vers le 1er février dans l’hémisphère nord et le 1er août dans l’hémisphère sud, Imbolc est souvent considéré comme le premier des trois célébrations de printemps. Il est parfois difficile de penser au printemps dans les profondeurs de l’hiver. Mais si nous regardons le sol, nous pouvons voir les premières pousses de plantes qui commencent à se lever vers le Soleil. Imbolc peut être célébré le 1er ou le 2 février, ou plus naturellement lorsque les perce-neige recouvrent le sol.

 

 

Imbolc de Damh le Barde

Alors que la nuit sombre et froide cède la place à la lumière,

Et que le monde se montre éblouissant dans sa nudité,

Les brindilles et les branches nues,

S’inclinent donc devant la danse

Du vieux Jack Frost.

Son cristal souffle sur la terre,

Et les coins des maisons pleurent des stalactites de joie.

Mais où est la chaleur du soleil?

Où est la vie?

Une petite fleur délicate et d’un blanc pur

Regarde vers la terre,

Comme si elle parlait au sol qui attend,

“Pas encore”, semble-t-elle murmurer.

“Quand je tomberai, alors tu pourra revenir.”

Et elle hocha la tête,

au passage de la Déesse,

qui laissaient plus de fleurs dans Son sillage.

 

 

C’est la fête d’Imbolc. La lumière du soleil dans la roue de l’année se dresse au nord-est, dans la période sombre. C’est une période d’espoir et de préparation. C’est le temps de la croissance de la lumière

Cette fête est connue sous de nombreux noms, car la vérité se reflète dans de nombreux miroirs. Elle a été célébrée depuis Februa jusqu’à à la Chandeleur. Nos ancêtres l’ont appelé par des noms oubliés depuis longtemps, et nos enfants l’appelleront par des noms encore inconnus.

À ce moment-là, nos ancêtres ont vu le Soleil, l’enfant faible et impuissant de la Lumière, se renforcer de jour en jour. Le pays se trouve toujours dans les ténèbres, mais la loi des ténèbres est mise au défi par le nouveau-né, Seigneur de la Lumière. Petit à petit, les cieux éclairent et la Terre bénie donne ses premières fleurs, perce-neige et crocus, comme une promesse de l’été à venir, lorsque toute la création se réjouira de la Lumière universelle.

Cette fête d’Imbolc est sacrée pour la Déesse, l’enfant-femme, la vierge surnommée Brighid, Athena, Britomartis et d’autres surnoms. C’est elle qui a fait sortir l’enfant de lumière des ténèbres au plus sombre des jours sombres. C’est elle qui a nourri l’enfant et l’apporte maintenant comme un nouvel espoir. C’est elle qui a préparé la Terre endormie à faire fructifier sa générosité en été et qui est là depuis ses débuts.

Lorsque nous voyons l’enfant de la lumière se fortifier de jour en jour dans les bras de la mère, nous comprenons que nous nous développerons nous-mêmes sous la protection du manteau de la dame et que la lumière qui brille en nous produira une grande récolter dans le sol qu’elle a préparé. C’est notre connaissance et notre affirmation.

C’est la Sainte Parole qui est écrite dans rien de moins que la Terre et le Ciel et dans toutes les choses qui sont faites. C’est une merveille et un prodige.

Par Coifi, traduction Laurent Heuze

 

VOIR AUSSI

SamainAlban ArthanImbolcAlban Eilir
BeltaineAlban HefinLugnasadAlban Elfed