Druide vert

Marcher la parole – Une approche de la justice sociale, de la politique verte et du druidisme

Accordez-nous Ô Dieux et Déesses la connaissance de la justice,

Et dans la connaissance de la justice, l’amour de celle-ci.

« La prière du druide »

 

 

Le Druidisme est un chemin spirituel centré sur la Terre qui met l’accent sur l’holisme et la justice. Les choix éthiques quotidiens auxquels nous sommes tous confrontés sont donc un aspect important de la conduite du druide. Cela peut vouloir dire explorer ce que l’on appelle désormais la « politique verte » et peut-être développer un « style de vie vert ». Conformément aux traditions de la vie quotidienne du druidisme moderne, cela ne se résume pas à une liste de “tu ne feras point”, il s’agit plutôt de vivre de manière créative, de prendre conscience de notre propre pouvoir et de considérer le réseau de toutes les existences dans chacune de nos actions. Vivre à la légère sur la terre et dans le respect de tous les êtres, c’est utiliser notre sens éthique, la “connaissance de la justice” comme le dit la prière du druide, et se poser des questions …

Voici quelques domaines de notre vie que nous pourrions choisir d’examiner en fonction des cinq éléments. Il y a beaucoup de questions ici mais vous devez vous en poser beaucoup d’autres :

Feu – Considérez l’énergie qui alimente votre foyer et votre maison, votre voiture, avion ou bus et votre lieu de travail. D’où vient cette énergie ? Pouvez-vous passer à un fournisseur d’énergie renouvelable pour vos besoins ? Pouvez-vous pourvoir vous-même à vos besoins en carburant ? Votre énergie est-elle utilisée à bon escient par une bonne isolation ? Et quand il fait chaud, vaut-il mieux ouvrir une fenêtre ou allumer la climatisation ?

Eau – D’où vient votre eau ? Connaissez-vous la source et les processus par lesquels elle passe avant d’arriver à votre robinet ? Pouvez-vous mieux utiliser l’eau que vous utilisez, en utilisant par exemple l’eau du bain et un seau pour la chasse d’eau des toilettes (plutôt que plusieurs litres d’eau potable) ? Pouvez-vous récolter et stocker votre propre eau pour le jardin ? Quelles menaces pourrait-il y avoir pour l’eau dans votre région ? Quels autres animaux, à part les humains, utilisent les cours d’eau de votre région ?

Air – d’où proviennent vos informations et quelles sont les hypothèses retenues dans les fils d’actualités que vous choisissez ? Lorsque vous trouvez quelque chose de bon ou d’utile, le partagez-vous avec les autres et comment allez-vous le faire ? Est-il possible d’utiliser des informations, d’écouter ceux qui nous entourent, en passant par Internet, pour en savoir plus sur les références éthiques des entreprises pour lesquelles vous travaillez ou des produits vous achetez ? Pouvons-nous faire pression sur nos représentants pour qu’ils fassent plus pour créer un monde juste et durable ?

Terre – D’où vient votre nourriture ? Pouvez-vous produire ou rassembler même un peu de votre propre nourriture ? Pouvez-vous composter les déchets alimentaires et réutiliser ou recycler les emballages qui arrivent chez vous ? Lorsque vous travaillez (pour de l’argent ou en tant que bénévole), quel est l’effet de ce que vous faites ? Si vous avez des économies dans une banque, dans quoi votre banque investit-elle ? Si vous avez un crédit, quelles sont les conséquences de votre surendettement envers vous-même et envers les autres ?

Esprit – Il n’existe pas de « solution unique » pour mener un mode de vie durable et éthique. Les circonstances et les cultures diffèrent et les décisions que nous prenons ne peuvent être guidées que par ce que nous savons et ce que nous ressentons. Nous avons peut-être fait des choix différents dans le passé et nous pouvons changer d’avis à l’avenir. Ce n’est pas aussi simple que la nourriture biologique = bonne, et l’énergie nucléaire = mauvaise. Ce qui compte le plus, c’est que nous pouvons voir comment nos propres actions affectent les autres.

 

Pourquoi ne pas essayer cette méditation ?

Sélectionnez un objet fabriqué ou manipulé par des humains. Cela peut être quelque chose dans la même pièce que vous ou quelque chose qui vous vient à l’esprit. Cela peut être n’importe quoi d’un paysage (comme un pré) qui s’est développé à cause d’activités humaines, d’un bâtiment, d’une voiture, d’un ordinateur, etc.

Consacrez un moment à la contemplation silencieuse de cet objet, puis passez en revue chacune de ces approches. Utilisez votre logique et vos sentiments pour donner vos réponses, mais s’il y a des questions auxquelles vous ne pouvez pas répondre après la méditation, trouvez des sources d’information de confiance pour en savoir plus.

 

Considérons le passé de l’objet.

D’où est ce qu’il vient ? À partir de quels composants a-t-il été créé ? Quelles personnes ont été impliquées dans sa création, comment ont-elles vécu cette chose, quelles émotions humaines y sont associées ? Qu’est-ce que cette chose m’a coûté ? Qui recueille une récompense de produire cette chose ? Que font-ils de la richesse que cela leur a apportée ?

 

Considérez le présent de cet objet.

Pourquoi est-ce ici ? Qu’est-ce qui le conserve ? Pourquoi notre société crée-t-elle de telles choses ? Est-ce que cette chose a de la valeur ? Qui le dit et pourquoi ? Qui n’aime pas cette chose et pourquoi ? Quelle est ma relation avec cette chose ?

 

Considérez l’avenir de cet objet.

Que se passera-t-il dans une semaine, une année, une décennie, un siècle pour cet objet ? Y a-t-il plus ou moins de ces choses maintenant que dans le passé ? Quel est son effet ? Comment cet objet va-t-il changer ? S’il doit être éliminé, comment cela va-t-il arriver ? Qu’adviendra-t-il des pièces qui le composent ? Peut-il être remplacé et si oui à quel coût pour qui ?

 

Enfin demander :

Cette chose aide-t-elle à créer un monde dans lequel la paix et la justice prévalent ? Quelle action dois-je prendre par rapport à cette chose ?

 

En faisant cette méditation à plusieurs reprises, notamment chez vous et dans votre voisinage immédiat, vous développerez un sens plus profond de la connectivité de toutes choses et en particulier de la dimension éthique de la façon dont nous choisissons de vivre sur notre terre sacrée. Finalement, cette méditation pourrait devenir automatique, un processus instantané où nous pouvons sentir comment nos actions nous lient, à chaque instant, au monde entier.

“Ne doutez jamais qu’un petit groupe de personnes peuvent changer le monde. En fait, c’est toujours ainsi que le monde a changé.”

Margaret Mead