L’heure

L’heure où minute par minute
les couleurs sont ravies,
quand le rouge passe au brun puis au noir
et le vert se mue en gris.

L’heure simple où le crépuscule tombe
heure scintillante, minute goutte de rosée
quand le lièvre dans un froissement se faufile
parmi les herbes folles, une tige fourchue y est dressée,

Quand la grive se laisse choir
dernier pépiement vibrant, dernier entrechat
de la cime dénudée de l’aulne.
Voilà l’heure de l’appel, de la prise
de l’accouplement, de l’esprit qui élargit l’esprit,
quand la lumière s’attarde et l’œil réfléchit.

Nuinn

 

Dianann

Prenez soin de vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*