Qu’est-ce qu’un barde ?

Dans les temps anciens, un barde était un poète et un conteur qui avait suivi une formation dans un collège bardique. Dans les temps modernes, un barde est celui qui voit sa créativité comme une capacité spirituelle innée et qui choisit de nourrir cette capacité en partie ou en totalité avec le druidisme.

 

Dans les temps anciens, les Bardes étaient les gardiens de la tradition, de la mémoire de la tribu – ils étaient les gardiens du caractère sacré de la Parole. Bien qu’ils représentaient probablement le premier niveau de formation d’un apprenti druide, nous ne devrions pas faire l’erreur de penser qu’un barde était en quelque sorte dans une position humble ou inférieure. Il y avait de nombreux niveaux d’accomplissement, mais les bardes les plus qualifiés étaient tenus en haute estime et assumaient de nombreuses fonctions à la fois de l’Ovate et du Druide.

La formation d’un barde était intense et durait de nombreuses années. Il y avait des variations dans les programmes entre l’Écosse, l’Irlande, le Pays de Galles et la Gaule. En Irlande, il est enregistré que la formation a duré douze ans, avec les étudiants subissant le programme rigoureux suivant: Dans la première année, l’étudiant avait progressé de Débutant [Ollaire] à Apprenti poète [Tamhan] puis Apprenti satiriste [Drisac]. Pendant ce temps, ils avaient dû apprendre les bases des arts bardiques: la grammaire, vingt histoires et l’alphabet des arbres-Ogham.

Au cours des quatre années suivantes, ils avaient appris dix nouvelles histoires chaque année, cent combinaisons d’oghams, une douzaine de leçons de philosophie et un nombre indéterminé de poèmes. Ils avaient également étudié les combinaisons des dipthongues, la loi des privilèges et les usages de la grammaire.

À leur sixième année, l’étudiant, s’il avait maintenu le cours, s’appelait un Pilier [Cli] et étudierait quarante-huit poèmes supplémentaires et vingt autres histoires. Au cours des trois années suivantes, ils seraient qualifiés de Champion [Anruth] parce que «un flot de louanges agréables émanait de lui et un flot de richesse pour lui». Pendant ce temps, ils avaient appris 95 autres contes, portant leur répertoire à 175 histoires. Ils ont étudié la prosodie, les gloses, l’invocation prophétique, les styles de composition poétique, les formes poétiques spécifiques et les histoires de toponymes de l’Irlande.

Les trois dernières années de leur formation leur avaient permis de devenir Ollamh, ou Docteur en poésie. Au cours de leur dixième année, l’étudiant avait étudié d’autres formes et compositions poétiques, dans sa onzième année 100 poèmes et dans sa douzième année 120 oraisons et les quatre arts de la poésie. Il ou elle était maintenant le maître ou la maîtresse de 350 histoires en tout.

En tant qu’Ollamh, Docteur en poésie, ils avaient le droit de recevoir une branche d’or. En tant qu’Anruth, Champion, ils avaient porté une branche d’argent, et avant cela – tout au long de leur formation – ils avaient porté une branche de bronze. Ces branches avaient des cloches attachées sur eux, de sorte que lorsque le poète pénétrait dans la salle pour réciter un poème ou raconter une histoire, ils étaient accompagnés par le son des cloches – avertissant le public de se taire et appelant l’aide des royaumes intérieurs pour enchanter leur poème ou leur histoire.

Au Pays de Galles, en Ecosse ou en Gaule, la formation d’un barde était tout aussi rigoureuse, bien qu’avec des grades différents et un programme différent.

Et il y a parmi eux des compositeurs de vers qu’ils appellent Bardes; ceux-ci chantant sur des instruments semblables à une lyre, applaudissent certains, tandis qu’ils en vitupèrent d’autres.

Histoires de Diodorus Siculus 8BCE

Des écoles bardiques se sont formées autour d’un poète en chef et de leurs accompagnateurs. On a passé beaucoup de temps à apprendre par cœur, à renforcer la mémoire et à apprendre le nombre fantastique de contes et de poèmes exigés d’un barde accompli.

Les archives des Western Highlands et de l’Irlande montrent que beaucoup de travail a été entrepris grâce à la technique que nous appellerions maintenant la privation sensorielle. Leur hébergement était spartiate à l’extrême, et beaucoup de temps était consacré à incuber des poèmes et à chercher l’inspiration dans l’obscurité totale. Ce n’est que récemment que nous avons redécouvert, à travers le travail pionnier de John Lilly, la puissance fertile de l’obscurité trouvée dans l”isolement.

Leur programme montre qu’ils accumulaient en mémoire une vaste réserve d’histoires et de poèmes. Mais ce n’était que la moitié de leur travail. Ils s’entraînaient pour devenir maîtres à la fois du Record et de l’Inspiration. Ce n’était qu’une de leurs tâches d’enregistrer les traditions, les lois et la généalogie de la tribu. Tout aussi important que d’accomplir cette tâche de maintenir en vie la tradition et l’héritage, ils ont été chargés d’acquérir une connaissance du pouvoir sacré de la Parole – qui se manifeste par la capacité de s’inspirer et d’inspirer les autres. Pour porter les archives de la tribu, ils avaient besoin de connaître les histoires et les poèmes qui préservaient la lignée et les traditions de leur peuple, mais pour être des Maîtres ou Maîtresses de l’Inspiration, ils avaient besoin de composer leurs propres poèmes et contes. C’est pour cette raison qu’ils pratiquaient la privation sensorielle et employaient les arts de l’invocation. Un tel entraînement a naturellement éveillé des pouvoirs intérieurs. Une mémoire puissante et une capacité à sonder les profondeurs et à parcourir les hauteurs de la conscience à la recherche de l’inspiration et de la flamme créatrice, ont développé chez le barde une capacité à voir dans l’avenir et à influencer le monde qui l’entoure d’une manière qui préfigurait le travail de l’Ovate et du Druide, et qui leur a permis de porter l’esprit du Druidisme à travers les siècles, alors que la lumière de l’Ovate et du Druide ne pouvait être vue dans le monde.

Il convient que ce premier niveau ou grade de formation druide englobe à la fois le travail des ovates et des druides. Il semble que le druide serait d’accord avec les premiers mots de l’évangile de Jean: «Au commencement était la Parole». La façon dont la parole pouvait créer, commander, nourrir, guérir, couper à travers, purifier, invoquer, unir, provoquer, dissuader et lier était un pouvoir que le barde dans sa longue formation en est venu à connaître et à utiliser au service de son patron, leur roi ou reine, leur druide et leur dieu ou déesse.

O Entendez la voix du Barde
Qui voit présent, passé et futur
Dont les oreilles ont entendu la sainte Parole
Qui marchait parmi les arbres centenaires…

William Blake, Premier Chant de l’Expérience

Maintenant que nous savons ce que les Bardes ont fait et comment ils ont été formés, nous pouvons nous demander quelle importance le travail Bardique pourrait avoir pour nous aujourd’hui.

Dans la formation de l’Ordre des Bardes Ovates et Druides, nous commençons notre étude druidique avec le grade bardique – et cela est profondément significatif. Le bardisme est compris dans son sens le plus large comme le développement du Soi artistique et créatif, et son importance en tant que fondement de notre vie, de notre caractère et de notre développement spirituel n’est pas moins importante qu’il y a des milliers d’années, et on pourrait affirmer qu’il est encore plus essentielle aujourd’hui qu’elle ne l’était alors. L’indice pour comprendre pourquoi cela devrait être ainsi réside dans la prise de conscience que les bardes historiques ont travaillé avec Mémorisation et avec Inspiration. L’une des principales raisons du sentiment d’aliénation de l’humanité moderne réside dans le fait que nous nous sommes coupés à la fois du monde naturel et des racines de notre passé. Pratiquer le druidisme consiste à guérir cette aliénation – à se reconnecter à notre passé et au monde de la nature. Dans le grade Bardique, nous nous ouvrons à l’inspiration du monde naturel, et nous permettons au mandala de l’Octuple Cycle Saisonnier de s’enraciner dans nos êtres. Travailler avec Mémorisation signifie travailler avec l’héritage, la lignée, la mythologie et les histoires de la tribu – cela nous aide à renouer avec le passé.

Travailler avec Inspiration, c’est s’ouvrir à notre créativité innée. Bon nombre des problèmes dont nous souffrons dans le monde développé résultent de notre suppression et de notre déni de l’artistique – sous toutes ses formes. La recherche moderne sur le cerveau montre que pour la plupart d’entre nous, notre mode de fonctionnement principal provient de l’hémisphère cérébral dominant, qui intervient dans la fonction de la pensée analytique. L’hémisphère opposé a moins son mot à dire sur notre mode de vie actuel – c’est l’hémisphère qui médiatise les formes de pensée et d’expression synthétisantes et non analytiques: c’est la partie du cerveau considérée comme responsable de l’expression artistique. Il est généralement admis que pour devenir complet, nous devons offrir aux deux côtés de nous-mêmes des opportunités adéquates de développement et d’expression. Cette vérité a été exprimée par les alchimistes (et il existe une forte tradition d’alchimie dans le druidisme) et plus tard par Carl Jung (dont le travail a commencé à influencer le druidisme moderne à travers Ross Nichols). Jung a développé sa théorie de l’animus et de l’anima personnels – aspects masculins et féminins de la psyché – qui, pour notre développement, doivent être liés et conjoints périodiquement. Les alchimistes connaissaient l’importance de cette conjonction, et ils l’ont appelée le mariage mystique ou le Mysterium Coniunctionis.

Notre éducation s’est principalement concentrée sur le développement de nos compétences en matière de pensée analytique et mathématique, mais lorsque nous entrons dans la Voie Bardique, nous commençons un processus qui développe notre hémisphère moins dominant. Nous nous ouvrons au moi artistique, créatif. Ce n’est pas une tâche simple et, d’une manière typique du druidisme, le travail est entrepris d’une manière apparemment circulaire. En travaillant avec le programme octuple du festival, et avec la puissance des quatre éléments qui sont attribués aux points cardinaux dans le cercle sacré du travail des druides, le barde est amené à un stade où il a reconnu et travaillé avec les quatre aspects de leur être – représenté par la Terre, leur praticité et sensualité; L’eau, leur réceptivité et leurs sentiments; Air, leur raisonnement; et Feu leur intuition et leur enthousiasme. Au fur et à mesure que ces quatre éléments et parties du Soi sont explorés et harmonisés, le Barde se trouve naturellement ouvert à sa créativité intérieure. Peu à peu, les ressources de leur corps et de leur cœur, de leur esprit et de leur intuition deviennent plus pleinement disponibles pour les guider et les inspirer.

En travaillant de cette manière, nous apprenons à contourner l’esprit rationnel, qui aime tant créer des limites à la compréhension. Pour pouvoir opérer, l’intellect crée des distinctions, des catégories, des constructions mentales – à travers lesquelles l’expérience peut être comprise et appliquée. C’est essentiel pour notre survie et notre progrès dans le monde. Les problèmes surviennent lorsque cette capacité à créer des cadres de référence n’est pas contrebalancée par la capacité de transcender ces cadres et de s’ouvrir au trans-rationnel – l’inexplicable-en-mots-mais-non-moins-vrai. La poésie et la musique sont extrêmement compétentes pour nous aider à dépasser les cadres et les points de vue. Le son – parlé, chanté ou joué – étend nos frontières, ouvre des horizons, invoque des énergies que l’intellect seul ne peut pas saisir ou catégoriser avec son fonctionnement. Voici le pouvoir du barde – pour dissoudre nos frontières,

Prenez ce poème du barde moderne Jay Ramsay:

Inconnu insondable,
Derrière et en tout –
Vallée – Crécerelle – Chélidoine:
Vous nulle part, et en tout –

Et n’être rien, être réduit au silence,
être incapable de parler,
tu vois tout,
et je te vois
et je vois que je suis
le noyau que je vois:

Le soleil se fermant
Pour rencontrer l’homme
qui a franchi la ligne,
qui est sorti de lui-même

Se tient devant là,
nu dans la lumière.

L’esprit d’une personne ne peut pas saisir pleinement la puissance d’un tel poème – on est impacté par la force des mots et des images d’une manière qui défie la description ou l’explication. C’est l’œuvre de la poésie – du barde. Aller au-delà. Voyager. Ramener. Le professeur Michael Harner, une autorité mondiale sur le chamanisme, parle de la voie chamanique comme celle qui se définit le mieux comme une méthode pour ouvrir une porte et entrer dans une réalité différente. C’est précisément ce qui se passe avec une poésie puissante et efficace.

La différence entre l’écriture, la lecture et la récitation de poésie «profane» et les mêmes activités entreprises dans l’esprit du bardisme est que dans ce dernier, ce processus chamanique est consciemment reconnu et travaillé. La créativité et l’inspiration sont considérées comme des dons des dieux, comme des pouvoirs entrant dans le vaisseau du Soi à travers le Superconscient. Une préparation, un rituel, une visualisation, une prière et une méditation appropriés créent les canaux par lesquels un tel pouvoir générateur et créateur peut circuler. Dans Druidisme, ce pouvoir est connu sous le nom d’Awen, qui est en gallois «Inspiration» ou «Esprit qui coule».

La pertinence de cette œuvre pour la scène artistique contemporaine est claire: lorsque l’art s’est sécularisé ce qu’il gagnait en liberté d’expression, il a perdu en profondeur d’inspiration. Maintenant, nous avons bouclé la boucle et sommes capables de spiritualiser à nouveau notre art – enfin libérés des limites du dogme religieux. Le potentiel de créativité accrue est immense lorsque nous recontextualisons notre créativité en termes de sacré. Auparavant, cela impliquait d’être lié par des thèmes et des dogmes chrétiens. Maintenant, cela signifie reconnaître le caractère sacré, non seulement de l’Esprit, mais de la Terre, et des quatre éléments, ainsi que de notre corps et de notre sexualité.

Le courant bardique n’est pas simplement un corpus de connaissances que nous possédions autrefois et que nous essayons de retrouver – c’est un mode spiritualisé de conscience créative artistique qui est dynamique et vivante – l’avenir est aussi prometteur, sinon plus, que le passé.

En plus de réciter de la poésie et de raconter des histoires, les Bardes faisaient sans aucun doute de la musique et dansaient. Il y a des histoires intrigantes de danses des druides dont on se souvient en Bretagne, et il est possible que des traces de ces premières danses sacrées et festives soient contenues dans la danse Morris, la danse Bromley Horn de l’abbé et d’autres danses folkloriques. Notre défi est de redécouvrir la musique, les chants et les danses des druides – en contactant les sources d’inspiration archétypales à l’intérieur. Ces sources sont transpersonnelles et hors du temps. Elles ont nourri les druides dans le passé et elles peuvent nous nourrir maintenant. Nous connaissons certains des instruments qu’ils avaient probablement été utilisés: dans les premiers jours du proto-druidisme animiste, ils avaient très probablement utilisé des flûtes fabriquées à partir d’os d’oiseaux (des flûtes en os d’aigle ont été trouvées en Écosse). Ils avaient probablement frappé des pierres sur des roches creuses qui sonnaient, qui produisent un son de cloche. Le Dord, une forme de corne, avec un son qui ressemble au didgeridoo aborigène australien était clairement un instrument sacré de l’âge du bronze, comme l’étaient presque certainement un tambour en peau d’animal qui a ensuite évolué pour devenir le bodhran, et les claves – deux bâtons de bois frappés ensemble pour produire un rythme seul ou en contrepoids avec celui du tambour.

Ceux qui choisissent d’explorer le druidisme en entrant dans le cours bardique de l’Ordre des Bardes Ovates et Druides  s’ouvrent à ce que signifie vivre sur terre avec la capacité d’être créatifs. Bien que ce soit la première étape de la formation druidique, son but atteint le cœur même du druidisme – qui est le développement d’une connaissance intime des pouvoirs de génération – au niveau bardique cela implique la génération d’œuvres créatives – de musique, de chanson , la poésie et l’art sous toutes ses formes.

En commun avec les traditions spirituelles autochtones orales du monde entier, les anciens druides codaient leurs enseignements sous forme d’histoires. Les bardes ont appris ces histoires et ont donc pu préserver la mémoire des enseignements à travers les siècles, bien qu’ils n’aient jamais été écrits. Heureusement pour nous, les scribes chrétiens ont enregistré ces contes, et même si certains détails ont pu être omis ou déformés, nous pouvons toujours discerner les enseignements des druides encodés en eux. L’une de ces histoires est le Conte de Taliesin, qui raconte les progrès d’un jeune garçon qui devient finalement le meilleur barde du pays. Il le fait en buvant trois gouttes d’Awen – inspiration – du chaudron de la déesse Ceridwen.

Dans le programme d’apprentissage à domicile de l’Ordre, alors que nous entrons dans la catégorie bardique, on nous raconte cette histoire, puis nous sommes invités à l’explorer en profondeur pendant un an, car encodé dans le conte c’est un programme complet qui montre à chacun de nous peut devenir le «meilleur barde». L’histoire du voyage du jeune vers l’épanouissement de sa créativité interagit avec notre propre histoire personnelle, aidant progressivement à libérer le Barde, le Soi Créatif, à l’intérieur.

L’arbre qui représente le grade bardique est le bouleau – à juste titre, c’est le premier arbre de l’alphabet des arbres – Ogham du druide, et l’arbre qui représente les nouveaux commencements, les pionniers et les naissances. L’Occident est le lieu du Barde. C’est de l’Occident que nous entrons dans le cercle dans les cérémonies druidiques, et l’Occident est donc le lieu d’Entrée, des commencements – l’Occident réceptif et féminin qui fait face à l’Est du Rayon de l’Aube. Les temps associés au grade bardique sont le printemps et l’aube – des moments où nous sommes frais et prêts à commencer un nouveau cycle d’apprentissage et d’expérience.

Adapté de Druid Mysteries de Philip Carr-Gomm

Traduction Dianann

Qu'est-ce qu'un barde ?Qu'est-ce qu'un ovate ?Qu'est-ce qu'un druide ?