Traditions Dharmiques

Le druidisme et les religions anciennes de l’Inde

Le nom même de Druid est composé de deux racines de mots celtiques qui ont des parallèles en sanscrit. En effet, la racine de la connaissance, qui apparaît également dans le mot sanscrit Veda, démontre la similitude. La racine celtique dru qui signifie «immersion» apparaît également en sanscrit. Ainsi, un druide était un «plongé dans la connaissance». 
Peter Beresford-Ellis

De nombreux adeptes du druidisme ressentent aujourd’hui une grande affinité avec une ou plusieurs des religions de l’Inde et les recherches montrent que ce sentiment peut être fondé sur autre chose qu’un simple sentiment de résonance spirituelle ou philosophique. Il existe maintenant de nombreuses preuves suggérant que les cultures celtique et européenne partagent une origine commune avec les cultures apparues en Inde il y a des milliers d’années et qui ont donné naissance aux «religions dharmiques» de l’hindouisme, du jaïnisme et du bouddhisme. 

Les chercheurs spirituels qui s’inspirent à la fois du druidisme et des religions dharmiques pourraient bien réunir des éléments d’un patrimoine culturel et spirituel commun.

L’Ordre des Bardes Ovates & Druides, en collaboration avec le Centre international d’études culturelles, a lancé le projet One Tree, un programme de recherche destiné à explorer ces liens en détail. Pour en savoir plus sur ce projet, cliquez ici . Vous pouvez voir des photos des deux premiers rassemblements One Tree dans la galerie ci-dessous.

La théorie des origines communes

Actuellement, au moins cinq théories sont avancées pour tenter d’expliquer les liens et les ressemblances extraordinaires qui existent entre les langues et les cultures européennes et indiennes. La théorie la plus largement répandue, fondée sur des preuves linguistiques, archéologiques et génétiques, est l’hypothèse kurgan qui suggère que les peuples indo-européens ont migré vers l’ouest jusqu’en Europe et le sud-est vers l’Inde depuis la steppe Pontique-Caspienne, qui comprend les vastes étendues de steppes du nord de la mer Noire à l’est de la mer Caspienne, du centre de l’Ukraine aux districts fédéraux du sud et de la Volga de la Russie jusqu’à l’ouest du Kazakhstan. Certains linguistes et archéologues sont toutefois favorables à l’hypothèse anatolienne, qui suggère que les Indo-Européens sont originaires d’Asie mineure (aujourd’hui la Turquie) et qu’il existe d’autres.

Bouddha et Boudicca – Parallèles linguistiques

Les théories d’origine indo-européennes ou proto-indo-européennes ont été développées à la suite de la découverte des similitudes entre certaines langues. À titre d’exemple, il existe de nombreuses similitudes entre le vieil irlandais et le sanscrit: 
Vieil irlandais – aire (homme libre), Sanscrit – arya (noble) 
Vieil irlandais – noeb (bien), Sanskrit – naib (saint) 
Vieil irlandais – bodar (sourd), Sanscrit – badhirah (sourd) 
ancien irlandais – nemed (sacré / privilégié), sanscrit – names (respect) 
ancien irlandais – ri (roi), sanscrit – raja (roi)

Peter Beresford-Ellis dans son essai  ‘Early Irish Astrology: An Historical Argument’ met en évidence un parallèle fascinant:
«Boudi et le bourgeon-tige apparaissent dans toutes les langues celtiques. Cela signifie – tout victorieux, don d’enseigner, accompli, exulté, vertu et ainsi de suite. Par exemple, en breton aujourd’hui, boud signifie «être». Vous verrez la tige dans le nom Bouddica, plus communément appelée Boadicea en anglais, reine guerrière celtique des Iceni qui a dirigé un soulèvement contre la domination romaine en 60 après J.-C. L’important est que le mot se trouve en sanskrit et que Bouddha est la Participe passé de la tige, à connaître ou éclairé. C’est le titre donné à Sakyamuni Gautama – l’Éclairé. Ce qui est important, c’est que dans les Védas, la planète Mercure soit aussi appelée budh. ‘ [Beresford-Ellis, dans le même article, note: L’idée selon laquelle ces “panneaux indicateurs” pourrait indiquer que l’astrologie ancienne celte et l’astrologie védique avaient également un lien commun, un autre parallèle subsistant, a été mis en relief par un petit gloss sur un manuscrit irlandais du 9ème siècle à Wurzburg. Le mot budh a été masqué par «point de feu» et «planète Mercure».]

Récits de voyageurs

Des motifs communs se retrouvent dans les contes folkloriques du monde entier. Les thèmes et les détails des histoires celtiques peuvent être trouvés en Inde. D’où sont-ils originaires? 

Les vingt-sept étoiles du roi Aillil

 «La cosmologie celtique est un parallèle avec la cosmologie védique. Les anciens astrologues celtes utilisaient un système similaire basé sur vingt-sept demeures lunaires, appelées nakshatras en sanskrit védique. Comme le Soma hindou, le roi Ailill de Connacht, en Irlande, fit construire un palais circulaire doté de vingt-sept fenêtres à travers lesquelles il pouvait contempler ses vingt-sept “épouses-étoiles”. 

Il subsiste le célèbre calendrier celtique du premier siècle avant notre ère (le calendrier de Coligny) qui, dès sa découverte en 1897, avait des parallèles avec les calculs calendaires védiques ‘. 

Le dieu cornu – Cernunnos, Shiva ou Pashupati?

Pendant longtemps, le chaudron Gundestrop Cauldron a été salué comme l’un des plus beaux exemples de l’art celtique, fabriqué en Thrace mais retrouvé au Danemark. Il est maintenant considéré possible que l’image du dieu cornu soit celle de Pasupati, un prototype de Shiva, trouvé dans la civilisation primitive de la vallée de l’Indus. Un phoque de l’ancienne ville de Mohenjo-daro, dans la vallée de l’Indus, ressemble remarquablement à la scène représentée sur le chaudron. Comparez l’image de chaudron ci-dessous avec celle de la figurine Pasupati de Mohenjo-Daro, 2300-1750 av (Image de haut de page).