Druide chrétien

Rencontre d’un druide chrétien moderne dans le jardin des délices

par David Lindolm

 

En 1997, je me suis engagé dans un pèlerinage. Avec trois amis, nous devions nous rendre à pied de Lubeck, dans le nord de l’Allemagne, à Rome, puis à Jérusalem. Ce fut un voyage mémorable pour nous tous et cela nous a tous modifiés de plusieurs manières. Lors de notre pèlerinage, nous avons tenu à mendier notre pension et notre hébergement pour la nuit et à ne pas apporter trop de fournitures. Malgré tout, nous étions toujours chargés comme des mules une fois que nous sommes partis.

Quand nous avons marché pendant trois jours et passé la nuit à l’église d’un curé catholique sympathique, nous avons renvoyé la moitié des choses dans une grande boîte. Quel soulagement! Les choses se sont bien passées et nous avons progressé en Allemagne. Merveilleux mais rien ne changerait une vie! C’est ainsi que nous sommes tombés sur l’ancienne ville d’Augsbourg, construite par les Romains et une métropole culturelle depuis. Nous avons feuilleté l’annuaire jusqu’à trouver le Franziskanerzentrum (centre franciscain). Nous leur avons passé un coup de fil et obtenu une réponse positive: ils ont dit que nous pouvions rester. À l’adresse, nous avons découvert qu’il s’agissait en fait d’un monastère pour l’ordre capucinien. L’ordre vise à revenir aux principes de la règle franciscaine énoncés par Saint-François,

Nous avons été invités par une gentille femme qui travaillait dans les cuisines. Deux salles spartiates mais très accueillantes nous ont été présentées au deuxième étage, où nous avons empilé nos sacs à dos. Nous avions été invités plus tôt au réfectoire pour manger quelque chose car il était tard dans la journée. Une fois là-bas, nous nous sommes assis dans une pièce spacieuse avec des panneaux de bois le long des murs, des tables et des bancs robustes. Je suppose que nous grignotions depuis une vingtaine de minutes lorsque la porte du fond s’ouvrit et que le père Heinz Naab entra. Je ne pouvais pas m’empêcher de le regarder. C’était un homme de grande taille, la cinquantaine, avec de longs cheveux en arrière qui tombaient bien en dessous de ses épaules et, par nature, coupés presque parfaitement d’une oreille à l’autre sur le front. Pour compléter le tableau, une boucle d’oreille en or et des yeux qui pétillaient littéralement de rire. Le père Heinz s’est promené et nous l’avons tous salué à son tour.

Il s’est avéré qu’il avait également fait des pèlerinages dans sa jeunesse avec son père et qu’il aimait beaucoup cette pratique. Son conseil sur les pèlerinages était très simple: vous devez voyager de manière simple et humble. N’apportez pas beaucoup de choses, demandez de la nourriture et un abri. En faisant cela, vous retournerez à vous-même et à Dieu en vous déplaçant avec et à travers le pays. «Être» plus que «faire» était sa prescription, donnant à Dieu un moment et une place dans le voyage.

Le père Heinz avait quelque chose à faire, alors Peter et moi sommes allés dans le jardin. Dès que nous sommes entrés dans le monastère, nous avons découvert que ce jardin était le projet animalier du père Heinz, construit entièrement par lui pendant de nombreuses années. Nous sommes sortis dans une petite cour avec de petites pierres rondes, et après une seconde, j’ai dit: “Peter, n’y a-t-il pas de motif ici?” Et il y avait: un labyrinthe en spirale dans la pierre. «Très étrange pour un prêtre catholique! nous pensions. Mais nous avons marché et avons fredonné et j’ai allumé une cigarette et l’ai presque glissée dans mon short. Je regardais une grande surface d’herbe verte et, au centre, un véritable labyrinthe creusé dans le gazon et recouvert de pierres. Il devait faire plus de 10 mètres de large.

Le père Heinz m’a dit plus tard qu’il l’utilisait pour des danses sacrées. Légèrement déséquilibré, je me suis assis au bord d’un vieux puits qui se tenait très bien sous un grand sorbier. En baissant les yeux, je vis un autre motif: le puits était situé au centre d’un pentagramme, encastré dans des pierres. À ce moment-là, j’avais le sentiment que la réalité s’éloignait lentement alors que le crépuscule commençait à se coucher. J’ai vu Peter s’éloigner plus loin et j’ai vacillé pour le rejoindre. “Ce n’est pas un prêtre ordinaire; nous ne sommes plus au Kansas!” .

Nous avons contourné un buisson avec un petit banc de pierre et avons eu notre prochaine surprise. Le masque de l’homme vert fixé dans le coffre d’un grand chêne nous observait. Nous nous sommes tous les deux arrêtés net et avons juste regardé fixement. Je ne vous ennuierai pas avec toutes les autres choses que nous avons vues là-bas dans ce jardin et dans la maison, ainsi que les merveilleuses messes auxquelles nous sommes allés. Mais quand j’ai interrogé le père Heinz à propos de ces choses, il a simplement éclaté de rire et a dit: “Un chrétien doit être ésotérique!”

Le père Heinz a réuni tous les meilleurs éléments des deux mondes. il était un druide sans aucun doute. Mais il était aussi un prêtre et un croyant en Jésus-Christ, et il m’a montré que non seulement il n’y a pas de conflit ici, mais qu’au contraire, il pourrait y avoir un soutien mutuel, de l’aide et du respect. Si seulement nous avions le courage de le laisser faire et de laisser tomber toutes les vieilles rancunes que les deux parties tiennent tant à l’honneur, mais qui n’ont aucune valeur ou importance aujourd’hui. Mais ce jardin, oh la vue, les odeurs et la paix! C’était incroyable au centre même d’une grande ville moderne. La tranquillité vous a tenu et à cet endroit, j’étais convaincu que le Christ est très amoureux de la nature et de l’humanité. Comment pourrait-il en être autrement?

David Lindholm Stockholm, Suède avril 2005