Pwyll

Il est encore question incidemment de ce personnage dans le Mabinogi de Manawyddan ab Llyr ; v. trad. Taliessin fait allusion à Pwyll dans un poème curieux connu sous le nom de Preiddieu Annwn ; le poète semble lui attribuer, à lui et à son fils Pryderi, la prison de Gwair (v. Kulhwch et Olwen, note). Dans le même poème est mentionné le chaudron de Pen Annwvyn, qui ne fait pas bouillir la nourriture du lâche (cf. Kulhwch et Olwen, note. Voir ce poème dans Skene, Four ancient books of Wales, II, p. 181, vers 9-24). Les Triades (Mabinogion, éd. Rhys-Evans, p: 807, l. 7) citent, parmi les trois puissants porchers de l’île, son fils Pryderi; les porcs de Pryderi n’étaient autres que les sept animaux que Pwyll Pen Annwnn avait amenés en Dyved: d’après le Mabinogi de Math, fils de Mathonwy, ils auraient été envoyés en présent à son fils Pryderi par son ami Arawn, roi d’Annwvyn. Pwyll, d’après les Triades, les aurait donnés à Pendaran Dyvet, son père nourricier (v. trad. plus loin). Le nom propre Pwyll se retrouve en Armorique : Poyll. Cart. De Quimper, Bibl. nat., 9891., fol. 40 v°, XIVème siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*