le hibou Blodeuwedd

Cette tradition fait le sujet d’un poème de Dafydd ab Gwilym, connu sous le titre de Achau y Dylluan, ou la généalogie du hibou. Le poète lui demande son nom; l’oiseau lui répond qu’on 1’a appelée Blodeuwedd, et qu’elle était fille d’un seigneur de Mon. « Qui t’a métamorphosée ? » reprend le poète. « C’est Gwydyon, fils de Don, des abords de Conwy, qui, avec sa baguette magique, – il n’y en a plus eu de son espèce, – m’a fait passer de ma beauté dans le triste état où tu me vois, m’accusant d’avoir aimé, soleil éclatant d’une race brillante, Goronwy, le jeune homme vigoureux (Le texe gallois dit Goronowy fab Pefr Goronhir : Goronowy le fils vigoureux de Goronhir, ;il y a une syllabe de trop, il est vrai qu’on peut lire Gronwy ou Gronow), le seigneur de Penllynn, le beau, le grand. » (2ème éd., p. 158 .)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*