englyn

Pour ce genre, cf. J. Loth, Métrique galloise, tome III pp. 234-237. J’ai déjà fait remarquer dans la première édition, que eu était pour geu. La rime entre eu et Lleu, assure, comme je l’ai dit, la forme Lleu. Ovlodeu peut être lu oulodeu, oulodeu étant dans ce cas une forme vieille galloise pour ailodeu ou oilodeu, membres (cf. gallois moyen eylodeu, membres). Le premier lynn ne peut être lynn, étang, lynn étant féminin; c’est sans doute glynn, vallon. A glynn dans le second vers remonterait à un vieux gallois : ac lynn : ici, lynn signifierait étang.

Dans le second englyn, il semble qu’il manque une syllabe au deuxième vers et qu’il y en ait une de trop au troisième: a peut se supprimer.

Dans le troisième,  ef est le résultat d’une erreur du scribe : il a trouvé eu suivi de ev et a cru à une répétition.

La lecture medur ym ywet du deuxième vers de la troisième strophe n’est pas sûre ; on peut supposer modur pour medur, mais ym ywet, pour moi, est obscur. La correction proposée par G. Evans (L. Rh., XII) : meddir pour medur, est impossible.

Dans le premier englyn, il faut maintenir gordu-wrych; cf. asgell-wrych, ceginwrych (v. notes critiques à la page 49, 1. 23 : trad. p. 159).]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*