Dyvet

Dyvet tire son nom du peuple des Demain. Les Demain occupaient le territoire qui a formé les comtés actuels de Carmarthen, de Pembroke et de Cardigan. Il en est question dans la vie de saint Samson (Mabillon, Acta SS., I, p. 165 ; Paul Aurélien, Revue celt., V. p. 413 et suiv., ch. II). Demett est le nom d’une paroisse importante de notre Cornouailles. (Cart. De Landevennec, p. 45) ; plus tard, au XIVème siècle, Ploe-Demet, auj. Plo-Zevet, près Quimper. L’étendue du territoire de Dyved a beaucoup varié. Il n’y avait à porter proprement ce nom que la partie comprise entre la Teivi, au nord-ouest, et la Tywy, au sud-est (Ancient laws, éd. Aneurin 0wen, 1, 339, note ; Iolo, mss p. 86). L’évêché de Menevie ou Saint-David’s s’étend sur à peu près tout l’ancien territoire des Demetae. Les Triades nous ont aussi conservé le souvenir de la puissance des Demetae lorsqu’elles mentionnent que les peuples de Cardigan et de Gwyr étaient des branches des Demetae. D’après notre Mabinogi, Pryderi, fils de Pwyll aurait ajouté à Dyved, trois cantrevs de Caermarthen et quatre de Cardigan. Mais, d’après le Mabinogi de Math (Trad. franç., plus bas), sa domination se serait étendue sur vingt et un cantrevs, ce qui supposerait à peu près tout le territoire de l’ancien royaume de Dinevwr ou Sud-Galles, moins Brycheiniog ou Breconshire (Powell, History of Wales, p. 17 et suiv. ). Les sept cantrevs propres de Pwyll ne comprennent que le comté actuel de Pembroke (cf. Giraldus Cambrensis, Itiner, I, 12), mais, au XIIIème siècle, Dyved a huit cantrevs (Myv. arch., 2e éd., p. 737). Les poètes désignent Dyved sous le nom de Bro yr hud, « le pays de la magie », expression qui trouve son explication dans le Mabinogi de Manawyddan ab Llyr (Cf. Dafydd ab Gwilym, poète du XIVème siècle, 2° éd., p. 320). Llewys Glyn Cothi, poète du Xvème siècle, appelle aussi Dyved, Gwlad Pryderi ou le pays de Pryderi (p. 136, v. 150).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*