Le savoir des Druides sur les plantes

L’île de Merlin, comme on l’appelait autrefois la Grande-Bretagne, tout comme l’Europe, possède un riche patrimoine de traditions végétales, que nous pouvons retrouver au moins aussi loin que l’âge du bronze, qui a débuté ici il y a environ 4 000 ans. D’après l’analyse des grains de pollen, nous savons qu’au cours de cette période, les habitants des Orcades, de l’Écosse et du pays de Galles ont utilisé la Reine des prés comme un hommage floral sur les sites d’inhumation. Au-dessus du lac sombre de Llyn y Fan Fach, au Pays de Galles, les restes incinérés des ossements d’une jeune fille ont été retrouvés dans un cairn, aux côtés de traces de pollen de Reine des prés, de poterie et d’outils en silex. Il convient qu’un tel cairn soit là, car dans ce majestueux paysage dénudé, il domine un lac réputé pour être le lieu historique de l’origine des médecins de Myddvai. Selon cette légende, En sortant des eaux de Llyn Fan Fach, une mystérieuse et belle Dame du Lac a enseigné au premier des médecins le pouvoir de guérison des plantes. Ces médecins de Myddvai sont apparus au Moyen Âge et leur lignée s’est éteinte au 19e siècle, lorsque l’histoire de la Dame du Lac a été révélée pour la première fois, mais que les cendres d’une jeune fille aient été enterrées avec de la Reine des prés, au-dessus de ce lac des milliers d’années auparavant, est une source d’inspiration – comme si un esprit féminin doux avait toujours plané sur ce paysage, apportant avec elle les dons de guérisseur et de culture des plantes auxquels nous pouvons encore faire appel aujourd’hui.

En Irlande, Airmid et la déesse Brighid agissent de la même manière en tant que sources légendaires de guérison par les plantes, et lorsque nous explorons leurs dons, ainsi que le vaste patrimoine de traditions des plantes qui existe sur les terres druidiques des îles britanniques, en Irlande, en Bretagne et dans toute l’Europe, nous pouvons discerner au moins treize façons de travailler avec les plantes de manière sacrée tout en suivant les «méthodes ancestrales». Dans druidisme, beaucoup d’entre eux appartiennent traditionnellement au grade de l’Ovate, qui peuvent choisir de consacrer un mois lunaire à chacun de ces moyens, de sorte qu’après un an, ils aient étudié les treize moyens, qu’ils pourront ensuite choisir d’approfondir de la manière qu’ils souhaitent.

Les treize utilisations des plantes dans le druidisme ancien ou moderne

1. L’utilisation des plantes comme aliment : l’aliment sacré et vital – comme vecteur de la force de vie du druide : la Nwyfre. Le blé a été utilisé de manière sacrée dans un certain nombre de traditions: dans les mystères éleusiniens, dans le christianisme et dans les traditions druidiques et païennes au moment des récoltes de Lughnasadh. Le haricot est un autre aliment avec des associations symboliques profondes, cette fois aux Ancêtres et à l’Autre-Monde. Une étude de la mythologie attachée au cochon dans la tradition celtique, ainsi qu’une étude de la fève révéleront de nombreuses similitudes.

2. L’utilisation de plantes dans les boissons, les élixirs et les toniques : l’ingestion de plantes comme nourriture lors d’une cérémonie peut devenir un élément central, de même que l’ingestion d’une boisson sacrée. Dans les rituels druidiques, il s’agit généralement d’hydromel, souvent produit par des abeilles se nourrissant de bruyère – une plante remplie d’associations de joie et de communauté. Mais une variété d’élixirs aux herbes, tels que ceux fabriqués à partir de bardane et de pissenlit, ou encore la sève de bouleau, permettent au druide moderne d’améliorer sa santé et de se sentir lié au passé tout en respectant le stéréotype perpétué par les dessins animés d’Astérix, l’élixir magique. la potion magique.

3. L’utilisation de plantes comme vêtement : les druides modernes savent comment l’utilisation de vêtements, et parfois aucun, peut améliorer l’expérience du rituel. Le lin était le composant principal des vêtements pendant des milliers d’années, tout comme il l’était pour les voiles. En conséquence, les minuscules graines de lin nous ont aidés à construire notre civilisation, tandis que des plantes ont été utilisées par nos ancêtres pour teindre leurs vêtements et peuvent être utilisées par nous pour façonner nos vêtements rituels.

4. L’utilisation de plantes pour voyager dans la conscience : l’utilisation de plantes psychotropes pour modifier la conscience est bien documentée dans de nombreuses traditions indigènes anciennes et contemporaines. Il n’existe cependant aucune preuve de son utilisation dans les anciennes cultures celtiques ou au sein du druidisme, malgré la prévalence du champignon Psilocybine, et l’Agaric. Certains, cependant, suggèrent que certaines herbes, telles que l’armoise, ont été fumées pour stimuler les pouvoirs psychiques. Des traces de l’armoise ont été retrouvées dans la coupe du «druide» récemment découverte, datant du premier siècle, près de Colchester, et il semble logique que, pour des raisons de santé, le druide moderne suive cet exemple, buvant plutôt de l’Armoise commune.

5. L’usage médicinal des plantes : l’histoire de l’herboristerie est sans doute aussi ancienne que celle de l’humanité. Les auteurs classiques ont seulement noté l’utilisation par les druides de quatre plantes à des fins magiques et médicinales : le gui, la verveine, le selago – probablement le millepertuis – et le Samolus, probablement le mouron d’eau. Mais en corrélant les archives archéobotaniques des plantes qui ont poussé à l’époque des anciens druides dans leurs terres d’origine d’Europe occidentale, avec les écrits d’herboristes contemporains tels que Dioscorides, ainsi que les références aux herbes dans les vieux contes, nous sommes capables de nous faire une assez bonne idée des plantes médicinales que les anciens druides auraient utilisées, telles que la valériane – qui est prisée pour son effet calmant.

6. Utilisation de plantes pour l’onction : à titre d’exemple, les huiles de primevère et de verveine, mentionnées dans certains anciens textes comme étant des ingrédients de la bière de Cerridwen, peuvent être utilisées pour bénir un barde.

7. Utilisation de plantes dans le rituel : les fleurs sont souvent utilisées lors des cérémonies druidiques et l’ail est utilisé dans le rituel de Samhain. Des clous de girofle sont arrosés sur le seuil avant d’inviter les esprits des défunts dans une maison pour prendre part à un festin rituel. Les pétales de fleurs peuvent être utilisés pour créer un cercle lors d’une fête telle que Beltaine.

8. L’utilisation de plantes dans l’encens : dans le druidisme, l’encens est souvent utilisé pour nettoyer et parfumer un espace de travail ou une aura. L’aigremoine et les baies de genièvre sont bien pour cela.

9. L’utilisation de plantes dans les lustrations : l’ajout de plantes à l’eau utilisée pour les ablutions rituelles des mains, du visage, du corps, de l’autel, du cercle ou des outils peut améliorer l’effet. Encore une bonne plante pour cela est l’Aigremoine, connue sous le nom de Mur-druidhean, littéralement “le chagrin des druides” mais signifiant réellement “le dissipateur de chagrin utilisé par les druides”.

10. L’utilisation de plantes dans les sorts : Les druides se méfient des sorts, sachant qu’il est sage de dire: “Quand les dieux veulent nous punir, ils répondent à nos prières.” Les anciens druides utilisaient des sorts, et les druides contemporains pouvaient aussi parfois avoir soigneusement réfléchi aux implications éthiques et magiques. Autrefois, la fougère était utilisée pour des périodes d’invisibilité. Un druide peut encore utiliser des fougères s’il souhaite passer inaperçu à travers une foule hostile, par exemple.

11. L’utilisation de plantes dans les charmes et les talismans : les adeptes des Anciennes Traditions connaissent bien le concept d’énergie et de vibrations. Une plante émettra une certaine vibration, et si nous emportons une partie de cette plante, peut-être comme un morceau de racine séchée dans une pochette autour du cou ou dans notre poche, elle exercera une influence continue sur notre aura – en diffusant son caractère unique, sa vibration dans notre champ d’énergie. La Bétoine, est une de ces plantes qui possède tant de propriétés bénéfiques, qu’elle est devenue connue sous le nom de “Cure-All”, était traditionnellement utilisée de cette manière, de même que la Mandragore – une plante si renommée dans l’antiquité qu’elle a certainement été importée en Grande-Bretagne depuis les premiers temps.

12. L’utilisation des plantes comme offrandes : donner des cadeaux semble être inhérent à l’humanité. Être en vie implique de vouloir donner – ne serait-ce que de notre ADN pour développer l’espèce, et ainsi offrir des plantes à une divinité sur un autel, à un couple en mariage ou à une tombe lors d’un enterrement semble être la chose la plus naturelle au monde et nos ancêtres ont clairement trouvé dans la Reine des prés, avec son doux parfum d’amande, une plante idéale pour offrir, de même que la Verveine – La plante de l’enchanteur, mentionnée par Pline comme étant une des plantes préférées des druides.

13. L’usage oraculaire des plantes : alors que des parties de certaines plantes, telles que les tiges d’Achillée (dans les pays celtes et en Chine), ont été utilisées comme outils de divination, tandis que d’autres plantes, contenant des ingrédients psychotropes, ont été utilisées. Pour tenter d’accéder aux pouvoirs de conscience oraculaires, The Druid Plant Oracle reprend les significations traditionnelles associées à de nombreuses plantes susceptibles d’avoir été utilisées par les anciens druides, et les traduit en termes contemporains – en gardant à l’esprit le type de problèmes rencontrés. 

Pour plus d’informations vous pouvez aussi télécharger le document de Dianann Utilisation magique des plantes

Traduction Dianann 

A VOIR AUSSI

Le savoir des Druides sur les arbresLe savoir des Druides sur les animaux
Le savoir des Druides sur les plantesLe savoir des Druides sur les étoiles